Catégories
Actualité

L’étincelle de la transition

Une transition est définie par le fait qu’un système ou un individu amorce une transformation de son état initial vers un état nouveau. La réalisation d’une transition nécessite de l’énergie, quelle soit physique, mentale ou sociale. Si vous commencez à lire ces lignes c’est que votre transition a débuté.

Historiquement, c’est depuis 2005 que le concept de transition écologique et sociale a commencé à prendre de l’ampleur. Son déclencheur a été la création du mouvement international des villes en transition par Rob Hopkins. Le but de ce mouvement est de confronter les grands enjeux que notre société rencontre en développant des communautés résilientes et solidaires. Les moteurs de cette transition, par exemple sont ; La création d’entités économiques alternatives, l’apprentissage de compétences permettant de s’affranchir du travail salarié ou le développement de réseaux de partage et d’entraide [1].

La décroissance est une idée politique rattachée au mouvement de la transition car elle partage la plupart de ses principes. Ces mouvements prônent notamment : le respect de la finitude des ressources terrestres et la limitation des émissions de gaz à effet de serre, l’arrêt de toutes formes de discriminations ethniques et dominations sociales, le développement d’un réel système politique sociocratique et participatif.

Plusieurs questions peuvent se poser lorsqu’on souhaite amorcer une transition, comme par quoi faut-il commencer, puis après comment la faire grandir et la partager? Comment faire tenir ces initiatives dans le temps? Ou comment structurer un réseau pour favoriser les échanges entre les différents groupes?

Pour étudier ce sujet nous avons eu la chance de visionner le documentaire Transition d’énergie réalisé par Clara asbl qui présente le réseau de transition en Wallonie [2].

Le documentaire débute en interrogeant plusieurs personnes sur la signification de transition pour eux. Leurs témoignages permettent de définir le mouvement grâce à des exemples plus concret que notre description précédente. La transition c’est la fin de l’utilisation du pétrole, avoir des habitudes de vie anti-gaspillages, reprendre en main les activités de notre quotidien (faire soi-même, réparer, cultiver) ou valoriser le partage des biens et des connaissances.

Une transition débute bien souvent par une phase d’exploration, où on commence à questionner notre manière de vivre puis à chercher les alternatives qui existent. Certains intervenants mentionnent que le film Demain a été le déclencheur de certaines initiatives auxquelles ils contribuent [3]. La seconde phase importante est la création d’un réseau de transition, c’est la rencontre avec d’autres personnes partageant nos intérêts ou l’adhésion a des initiatives déjà installées proche de chez nous. Pour cela, certains lieux de rencontre peuvent servir de catalyseur au développement du réseau, tel qu’un café, une coopérative ou des évènements engagés. Ces moments de rencontres privilégiés constituent la colonne vertébrale du mouvement de transition.

Le film nous fait alors découvrir différents lieux et initiatives locales du mouvement de transition, à commencer par un café où des soirées de discussions sont organisées, une épicerie coopérative installée dans une maison de la transition, qui est un lieu où d’autres initiatives sont regroupées. Il est également présenté plusieurs évènements qui sont un répare-café, une donnerie (brocante gratuite), une grainothèque et une plastique-attaque devant un super-marché. On découvre aussi Incredible compagny, qui est une coopérative qui propose des activités de team bulding, un lieu de ressourcement et des formations qui font du sens pour les employés des entreprises participantes.

Le réseau de transition de Waterloo est relativement jeune (10ans), il regroupe des structures et évènements populaires qui permettent aux intéressées de s’associer à leur rythme et intérêts à la transition. Il faudra encore que ses initiatives puissent grandir pour leurs assurer un avenir pérenne, un effort particulier est fait pour s’assurer que le mouvement soit accessible à tous.

Ce documentaire soulève alors une question, Québec est-elle en transition et quel est l’ampleur du mouvement ici? Pour répondre à cette question, il est intéressant de commencer à lister les initiatives ou organismes de Québec qui selon vous font partie de la transition.

L’illustration de cette article présente une liste des initiatives les plus reconnues à Québec. Ainsi, on peut aisément réaliser que la transition est bien en cours et qu’une communauté est formée. Plusieurs lieux de rencontre existent: Le Dôme, La patente, des lieux pour reprendre son alimentation en main (Les jardins, le marché de proximité, le haricot magique) et des initiatives pour changer l’économie (le blé, un répare café, des vides greniers). De nombreuses autres initiatives peuvent s’ajouter à cette description, certaines sont nouvelles et pleines d’ambitions, d’autres plus anciennes bien développées ou en déclins.

Un aspect mis en avant dans le film est la notion de réseau de transition, soit comment les différentes initiatives peuvent s’imbriquer entre elles, s’associer et s’entraider. Il existe déjà un outil qui permet de recenser les initiatives de Québec sur le site Québec Local [4]. Cependant, on pourra probablement citer des contres exemples, mais cet esprit de réseau n’est pas réellement présent à Québec, en tous cas il ne se matérialise pas par des échanges et une stratégie pour dynamiser ensemble ce réseau. Dans notre société actuelle, il est facile de se croiser tous les jours sans vraiment se connaître.

Derrière chaque initiative, il y a un groupe d’individus qui a pris la décision un jour de s’impliquer pour un projet qui leurs fait du sens ou procure un intérêt. Ces valeurs portées par le projet vont pouvoir stimuler l’intérêt d’autres personnes qui vont à leur tour donner de l’énergie et faire vivre le projet. Il est alors permis à chacun de repenser comment se déroule le cours de sa vie et quelle relation il adopte avec le monde qui l’entoure. Car dans le fond, la transition c’est d’abord se poser la question de comment faire société ensemble, or cette réponse n’est pas unique mais elle est à construire pour chacun d’entre nous.

Bibliographie

[1] https://transitionnetwork.org/

[2] https://www.clara.be/index.php/2020/01/15/transition-denergies/ (bande annonce)

[3] https://www.demain-lefilm.com/

[4] https://quebeclocal.gogocarto.fr/#/carte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *