Catégories
Théorie

Les piliers de la décroissance.

La décroissance est un mouvement s’opposant au système économique et sociétale qui a conquis notre planète depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le capitalisme néolibéral. Ce système a réussi à s’immiscer dans toutes les sphères de notre civilisation, de notre chaîne d’approvisionnement jusqu’aux choix politiques qui sont instaurés.
Au premier abord, pour un individu bien installé dans son confort de vie, le terme décroissance est à tort associé à un retour à la préhistoire ou un déclin de l’humanité. Pourtant le modèle de pensée porté par la décroissance place le bien-être de l’humain sur Terre au centre de ses préoccupations. Le mouvement questionne les causes et cherche des solutions aux maux qui rongent la société moderne autour des 4 piliers suivants : la transition écologique, la justice sociale et environnementale, la crise de sens et la transformation politique. En adressant chacun de ces thèmes dans les paragraphes suivants, nous esquisserons ainsi une définition de la décroissance.

Transition écologique

Certainement le plus documenté et médiatisé des impacts du capitalisme sur nos vies, l’exploitation à outrance des ressources naturelles a bouleversé l’équilibre écosystémique et climatique terrestre. Fer de lance du mouvement, la maxime “Une croissance infinie dans un monde fini est impossible” est la principale critique formulée envers le système capitaliste. La décroissance intègre tous les principes de l’écologie et appelle la société à adopter une sobriété heureuse définie par un mode de vie harmonieux avec son environnement.

Justice sociale et environnementale

Le système économique actuel est à la source de l’exacerbation des inégalités, où la puissance de l’argent est à la fois grande mais incroyablement volatile. Cette stratification de la société maintient des barrières injustes entre les communautés.De ce fait, les politiques coloniales menées par les pays occidentaux sur certaines régions du monde, suivie par l’emprise de certaines entreprises multinationales avides de profits, n’ont permis que le pillage de leurs ressources. Il est impératif de briser le pouvoir des capitaux et d’établir un système d’échanges équitables, de coopérations et de partages.

Crise de sens

Depuis la révolution industrielle et l’instauration de sa doctrine productiviste, le rythme du travail a façonné l’ensemble de la société à sa logique aliénante. La nature du travail est bien souvent limitée à des tâches vides de sens ou inutiles, l’importance résidant sur le fait que l’individu puisse ressentir un sentiment d’appartenance à la société en payant ses factures.Le temps est une richesse qui ne se crédite pas sur son compte en banque. A travers la notion de bien vivre c’est l’harmonie de l’humain dans son environnement qui est visé, mais aussi entre humains. La réalisation sociale se trouve alors dans la coopération pour répondre aux besoins de la communauté. Pour cela il est urgent de réapprendre à vivre ensemble, à se réapproprier notre espace et notre temps.

Transformation politique

Ensemble, nous pouvons avoir une action considérable sur l’organisation de notre société. Cependant les méthodes de gouvernance à grande échelle établies dans beaucoup de pays sont basées sur une délégation de nos choix à un élu, qui, au moment des élections, se veut être notre meilleur représentant. Or, nous avons que rarement à nous prononcer directement sur un règlement ou une loi.Recentrer le pouvoir décisionnel plus localement, sur un plus petit territoire, peut permettre d’instaurer une démocratie plus participative. Cette transformation favoriserait une plus grande implication de chacun à la vie politique. Ainsi, cette gouvernance plus inclusive devrait assurer une meilleure gestion des ressources par rapport aux besoins des populations.
On peut maintenant comprendre que la décroissance représente plus un terme provocateur à l’égard des adeptes de la croissance infinie qu’une idéologie réductrice de la société [1].Le but du mouvement est de chercher comment déconstruire la machine capitaliste pour mieux reconstruire, à sa place, les piliers d’une civilisation plus écologique, solidaire et équitable.
Le collectif de la décroissance à Québec
[1] Anitra Nelson and Vincent Liegey, Coronavirus and degrowth, 3 april 2020, https://theecologist.org.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *